Gardening

10 maladies des plants de tomates les plus courantes : identification, traitement et soins

Les tomates sont un aliment de base dans de nombreux jardins familiaux et champs agricoles, appréciées pour leur polyvalence et leur saveur délicieuse. Cependant, les plants de tomates sont sensibles à diverses maladies qui peuvent contrecarrer vos efforts pour récolter une récolte abondante. Pour garantir que vos plants de tomates prospèrent et produisent une abondance de tomates saines, il est essentiel de connaître les maladies les plus courantes, de savoir comment les identifier tôt et de comprendre comment traiter et entretenir vos plants. Dans cet article, nous mettrons en évidence les 10 principales maladies des plants de tomates et fournirons des conseils sur leur identification, leur traitement et leurs soins.

partager 12

1. Mildiou hâtif

Identification : Le mildiou apparaît généralement sous la forme d’anneaux concentriques brun foncé ou noirs sur les feuilles inférieures des plants de tomates. À mesure que la maladie progresse, ces taches s’agrandissent et se propagent.

Traitement : Retirez les feuilles infectées, pratiquez la rotation des cultures et appliquez des fongicides à base de cuivre.

2. Mildiou

Identification : Le mildiou se présente sous la forme de lésions sombres et imbibées d’eau sur les feuilles, souvent accompagnées d’une croissance blanche et floue sur la face inférieure. Il peut se propager rapidement par temps frais et humide.

Traitement : Retirez les feuilles infectées, assurez une bonne circulation de l’air et appliquez des fongicides à base de cuivre de manière préventive.

3. Tache septorienne

Identification : La tache septorienne se caractérise par de petites taches brunes circulaires avec un centre plus clair. Elle affecte principalement les feuilles inférieures et peut entraîner une défoliation.

Traitement : Taillez le feuillage affecté, paillez pour éviter les éclaboussures de sol et appliquez des fongicides si nécessaire.

4. Flétrissement fusarien

Identification : Les plants de tomates infectés par la fusariose présentent un jaunissement et un flétrissement des feuilles, généralement sur un côté de la plante.

Traitement : Malheureusement, il n’existe aucun remède contre cette maladie transmise par le sol. Mettre l’accent sur la prévention grâce à des variétés de tomates résistantes et à la stérilisation des sols.

5. Flétrissement verticillien

Identification : La verticilliose provoque le jaunissement et le flétrissement des feuilles inférieures. Vous remarquerez peut-être des stries brunes dans le système vasculaire de la plante une fois coupée.

Traitement : utilisez des variétés de tomates résistantes et évitez de les planter dans un sol connu pour héberger le pathogène.

6. Pourriture apicale des fleurs

Identification : La pourriture apicale n’est pas causée par un agent pathogène mais plutôt par une carence en calcium. Il apparaît sous forme de zones brunes et enfoncées au bas du fruit.

Traitement : Maintenir une humidité constante du sol, fournir suffisamment de calcium grâce aux amendements du sol et éviter la surfertilisation.

7. Virus de la mosaïque de la tomate

Identification : Les symptômes comprennent des motifs jaunes et verts en forme de mosaïque sur les feuilles et un rendement réduit en fruits.

Traitement : Retirez rapidement les plantes infectées pour empêcher le virus de se propager aux plantes saines.

8. Tache bactérienne

Identification : La tache bactérienne provoque de petites lésions aqueuses sur les feuilles et les fruits qui finissent par devenir sombres et surélevées.

Traitement : appliquez des sprays à base de cuivre et évitez les arrosages en hauteur pour réduire la propagation de la maladie.

9. Virus de l’enroulement des feuilles jaunes de la tomate

Identification : Les plantes infectées par ce virus présentent des feuilles enroulées et jaunissantes et un retard de croissance.

Traitement : Contrôlez la population de vecteurs d’aleurodes avec des insecticides et cultivez des variétés de tomates résistantes.

10. Oïdium

Identification : L’oïdium apparaît sous la forme de taches blanches et poudreuses sur les feuilles, les tiges et les fruits.

Traitement : Enlevez le feuillage affecté, améliorez la circulation de l’air et appliquez des fongicides au besoin.

Conseils généraux d’entretien des plants de tomates

  1. Choisissez des variétés résistantes aux maladies : Lorsque vous sélectionnez des variétés de tomates pour votre jardin, optez pour celles qui sont connues pour être résistantes aux maladies. De nombreux catalogues de semences et étiquettes de pépinières indiqueront si une variété particulière est résistante aux maladies courantes comme la brûlure et le flétrissement. Les variétés résistantes aux maladies peuvent réduire considérablement le risque d’infection.
  2. Pratiquez la rotation des cultures : La rotation des cultures est une stratégie essentielle pour empêcher les maladies transmises par le sol de s’accumuler dans le sol au fil du temps. Évitez de planter des tomates au même endroit année après année. Faites-les alterner avec des cultures de différentes familles pour perturber les cycles de vie des agents pathogènes dans le sol.
  3. Arrosez à la base : Lorsque vous arrosez vos plants de tomates, essayez d’arroser à la base des plantes plutôt qu’en hauteur. L’arrosage à la base aide à garder les feuilles sèches, ce qui réduit le risque de maladies foliaires comme les brûlures et les moisissures. Les tuyaux d’irrigation goutte à goutte ou de trempage sont d’excellentes options pour un arrosage ciblé.
  4. Paillez autour des plantes : Appliquez une couche de paillis organique, comme de la paille ou des copeaux de bois, autour de la base de vos plants de tomates. Le paillis aide à maintenir l’humidité du sol, empêche les éclaboussures de terre sur les feuilles et régule la température du sol. Cette barrière peut réduire considérablement le risque de maladies transmises par le sol.
  5. Taillez et tuteurez les tomates : Soutenir correctement vos plants de tomates grâce à un tuteurage ou une mise en cage maintient non seulement les fruits hors du sol, mais améliore également la circulation de l’air autour des plantes. Taillez les branches inférieures qui touchent le sol et tout excès de feuillage pour favoriser une bonne circulation de l’air et la pénétration de la lumière du soleil. Cette pratique permet de réduire l’humidité, favorable au développement des maladies.
  6. Gardez le jardin propre : enlevez régulièrement les feuilles mortes, les plantes fanées et autres débris de jardin, car ils peuvent servir de réservoirs à des maladies et à des ravageurs. Un bon assainissement du jardin est essentiel pour empêcher la transmission d’agents pathogènes d’une saison à l’autre.
  7. Réservez les traitements biologiques et chimiques en dernier recours : Bien que les traitements biologiques et chimiques puissent être efficaces dans la gestion des maladies de la tomate, ils doivent être considérés comme un dernier recours. Donnez la priorité aux mesures préventives telles qu’un espacement approprié des plantes, une circulation d’air adéquate et un assainissement. Si nécessaire, consultez des experts en jardinage locaux ou des services de vulgarisation agricole pour obtenir des conseils sur les traitements les plus sûrs et les plus appropriés à votre situation spécifique.
  8. Préparation du sol : Avant la plantation, effectuez une analyse de sol pour évaluer les niveaux de nutriments et le pH. Les tomates prospèrent dans un sol légèrement acide avec un pH d’environ 6,0 à 6,8. Amendez le sol avec de la matière organique comme du compost ou du fumier bien décomposé pour améliorer sa structure et sa fertilité. Un sol bien préparé constitue une base solide pour une croissance saine des plantes.
  9. Espacement approprié : lors de la plantation de tomates, assurez-vous d’un espacement adéquat entre les plantes. Le surpeuplement peut restreindre la circulation de l’air et favoriser la propagation des maladies. Suivez les recommandations d’espacement sur les paquets de semences ou sur les étiquettes des plantes de pépinière, qui indiquent généralement la distance appropriée entre les plantes et les rangées.
  10. Surveillance régulière : La vigilance est essentielle dans la prévention des maladies. Prenez l’habitude d’inspecter régulièrement vos plants de tomates pour détecter tout signe de maladie ou de ravageur. La détection précoce permet une intervention rapide et minimise le risque d’infection généralisée. Recherchez le jaunissement des feuilles, les taches, le flétrissement ou tout symptôme inhabituel.
  11. Plantation d’accompagnement : Considérez la plantation d’accompagnement comme un moyen naturel de lutter contre les ravageurs et les maladies. Certaines plantes, comme le basilic et les soucis, peuvent repousser certains insectes nuisibles qui sont des vecteurs connus de maladies de la tomate. Planter ces compagnons à proximité peut offrir une protection supplémentaire.
  12. Ajustez les niveaux de nutriments : surveillez de près les niveaux de nutriments tout au long de la saison de croissance. Trop d’azote peut entraîner une croissance excessive du feuillage au détriment de la production de fruits, rendant les plantes plus sensibles aux maladies. Équilibrez l’azote avec le phosphore et le potassium pour favoriser le développement sain des fruits.
  13. Fertilisez judicieusement : appliquez de l’engrais en fonction des besoins spécifiques de vos plants de tomates. Généralement, les tomates bénéficient d’un engrais équilibré avec une teneur en phosphore légèrement plus élevée (par exemple 10-10-10 ou 5-10-10). Évitez la surfertilisation, qui peut stresser les plantes et les rendre plus vulnérables aux maladies.
  14. Techniques de taille appropriées : Lors de la taille, utilisez des outils propres et tranchants pour minimiser le risque de propagation de maladies. Retirez rapidement le feuillage malade ou endommagé et jetez-le loin du jardin. Une taille appropriée aide également à maintenir une canopée ouverte, ce qui favorise une meilleure circulation de l’air.
  15. Soutenez les insectes bénéfiques : attirez et soutenez les insectes bénéfiques comme les coccinelles et les guêpes parasites dans votre jardin. Ces prédateurs naturels peuvent aider à contrôler les populations de ravageurs qui pourraient autrement propager des maladies.
  16. Mettre les nouvelles plantes en quarantaine : Si vous introduisez de nouveaux plants de tomates dans votre jardin, envisagez de les mettre en quarantaine pendant une brève période avant de les planter avec le reste de votre culture. Cette précaution peut empêcher la transmission potentielle de maladies des nouveaux arrivants aux plantes existantes.
  17. Tenue de registres : Tenez un journal de jardin pour enregistrer les dates de plantation, les variétés utilisées et les observations tout au long de la saison. Garder une trace de vos pratiques de jardinage et de toute occurrence de maladie ou de ravageur peut vous aider à prendre des décisions éclairées au cours des saisons suivantes.

En étant vigilant et proactif dans l’identification et le traitement de ces maladies courantes des plants de tomates, vous pourrez profiter d’une récolte abondante de tomates saines et délicieuses année après année. N’oubliez pas que la prévention est souvent la meilleure défense contre ces maladies des plantes, alors prenez des mesures pour maintenir un environnement de croissance sain pour vos plants de tomates.

Inspiré par cela ? Partagez l’article avec vos amis !

Leave a Comment